• 6227 visits
  • 216 articles
  • 1573 hearts
  • 1265 comments

Hommage à Montserrat Caballé qui vient de s'éteindre... 07/10/2018

Play the video

Tags : Music - Hors Muse

La colocation reste encore un pari risqué 04/09/2018

 
 

 
 
Les colocataires peuvent être liés entre eux par une clause solidaire introduite dans le bail, qu'il est difficile de contourner.


Chez les étudiants comme chez les salariés, de plus en plus de Français choisissent de se mettre en colocation.
Le fils d'Alexandre, futur étudiant en école d'informatique à Lyon, a voulu lui aussi tenter l'expérience.
Il a déniché deux colocataires qu'il ne connaissait pas sur Internet.
Au moment de la signature du bail, son père, qui se portait garant, est tombé des nues. « J'ai été surpris d'apprendre que j'étais aussi garant des deux autres colocataires de mon fils, que je n'avais jamais rencontrés », raconte-t-il, inquiet.
Lors du déménagement, les lettres de relance du propriétaire étalées sur la table du salon ne l'ont pas rassuré.
« Beaucoup de locataires se mettent en colocation par souci d'économie, ou parce qu'ils ont regardé la série Friends et que ça a l'air sympa, estime Cécile Nlend, juriste pour le site pap.fr. 
Mais ils ignorent les contraintes attenantes. » Car si les baux individuels existent, la majorité des propriétaires préfère inscrire les noms de tous les colocataires sur un bail unique, dit solidaire.
Par conséquent, ceux-ci sont redevables collectivement du loyer : si l'un d'entre eux n'est pas en mesure de le payer, le propriétaire peut réclamer son dû aux autres membres de la colocation.
La solidarité s'applique aussi à la caution versée par les garants à l'entrée dans les lieux. Avant la loi Alur de 2014, des parents se portant caution pour leur enfant restaient garants de la colocation même après qu'il en était parti.
« Désormais, les garants choisissent dans le contrat un locataire privilégié, et ne restent solidaires des autres colocataires que jusqu'à six mois après son départ », indique Cécile Nlend.
Le bailleur n'étant pas tenu d'effectuer un état des lieux de sortie, ils ne peuvent toutefois pas récupérer leur part de la caution avant la fin du bail, et doivent s'arranger avec les colocataires restants.
Demander à son propriétaire l'exclusion de la clause de solidarité n'est pas forcément recommandé. « Comment voulez-vous négocier quand cinquante candidats derrière vous se battent pour prendre votre place ? », explique Vincent Canu, avocat spécialiste de droit immobilier, pour qui la colocation « est un pari risqué ».
Bien choisir son colocataire, lire attentivement le contrat de colocation pour être conscient de ses obligations paraissent deux conditions nécessaires. « Mais nous conseillons également aux colocataires de rédiger une charte édictant les grandes règles à respecter », ajoute Cécile Nlend.
Plusieurs banques comme la Caisse d'épargne ont mis en place des comptes communs pour faciliter le paiement du loyer et des factures chaque mois.
En ce qui concerne l'assurance habitation, la juriste recommande de faire figurer les noms de tous les colocataires lors de la souscripti on du contrat, et d'y ajouter des avenants lorsque ceux-ci changent. Dans certains cas, le contrat peut être souscrit directement par le bailleur, qui répercute son prix sur les charges.


10-choses-qui-arrivent-forcement-quand-vous-vivez-en-colocation-8899

Remix from alcibiade

Tags : colocation

Tapis de fleurs Bruxelles Grand-Place 2018 18/08/2018

Tous les 2 ans Bruxelles organise un tapis de fleurs sur toute sa Grand-Place. Cette année; Le pays invité de cette édition est le Mexique. Le Tapis de Fleurs se mettra aux couleurs de Guanajuato, une région mexicaine avec une culture et une tradition florale particulièrement riches.


Il est composé d'un million de bégonias ! A voir si vous êtes de passage sur Bruxelles, c'est du 16 au 19 août.


Tags : Tourisme Belgique

"Ordo-Illuminatee" : Mystik and Berlin 16/07/2018

USA > Rehoming : enfant adopté à vendre ! 13/07/2018

Play the video
Sur RTL TVI il y avait une émission intéressante : « Grands reporters » Cela traitait cette semaine du « rehoming »des enfants adoptés mis en vente par leur famille !
 
Aux Etats-Unis il y a 100.000 enfants adoptés par an et parmi eux 25.000 seront revendu par agences spécialisées ! Les familles qui ont adoptées un enfant pour 75% des adoptions cela se passent très bien et les enfants traumatisés retrouvent une famille dans laquelle ils vont s'épanouir.
 
Malheureusement pour 25% cela se passe autrement ! Les familles après quelques années se rendent compte qu'elles ne peuvent plus garder leur enfant adopté ; pour raison de incompatibilité de caractère ou comportement turbulent ; les familles abandonnent leur enfant adopté après des épreuves qui sont incapables de résoudre. La Lois américaine le permet !
 
Comment cela se passe-t-il ?  La famille prend contact avec une agence spécialisée dans le « rehoming » celle-ci prend toutes les informations et photos de l'enfant, il se retrouvera sur un site de l'agence pour l'adoption. Cela coûte 1.500$ aux parents et 3.500$ aux nouveaux parents d'adoption.
 
Cela se passe jusqu'à la majorité de l'enfant. Le reportage montre des enfants traumatisés non pas une mais quelque fois plusieurs familles d'accueil ! Ils sont complètement déboussolés surtout les plus jeunes et on leur fait comprendre qu'ils doivent bien se comporter et polis pour rester dans leur nouvelle famille d'accueil.
 
Quand l'enfant ne trouve pas de famille d'adoption, dans ce cas le gouvernement fédérale cherche des familles d'accueil qui peuvent accueillir 1 ou plusieurs enfants difficiles ; ils leur seront versé mensuellement une prime pour élever le ou les enfants.
 
 « Grands reporters » à montrer de jeunes enfants de 6 et 9 ans dont les parents avaient démissionnés  retrouver une nouvelle famille d'adoption ; fort traumatisés par cette nouvelle expérience, il leur faudra quelques années pour retrouver confiance et amour familiale. Une autre famille d'adoption accueillera 10 jeunes enfants dans une ferme dans le Wyoming, cela fait plusieurs années que les enfants sont là et ils se sont tous très bien adaptés à leur nouvelle famille.
 
Mon avis : C'est honteux, scandaleux, humiliant que la Lois américaine autorise ce genre de pratique !!!!